dilluns, 25 de gener de 2010

Chata

Amb Lo Pèire de la Sauma, avèm de conversas que vos disi pas. Si, vos disi.

Un amic sieu vòl daissar son país insular per anar viure amb son amorosa francesa dins una vila francesa que pudís e ieu li disi qu'es un pauc nèci de daissar sa qualitat de vida insularafucktotelodemai (tota una filosofia de vida) per s'installar amb una francesa dins una vila grandarassa que pudís e i plòu e ont lo mond son cons.
E aquí, lo Pèire de la Sauma cita una frasa d'un filosòf basc:

"tiran más dos tetas que dos carretas".

E coma es poliglòt lo tipe , e sap qu'ai la comprenèla lentòta, me la fa dins una lenga civilizada:



"estira mai una pachòla qu'una muòla."


Soi fan.


Laurent Cavalié - La prima del Païsan, la video

Oè, es coma akò, es ma cançon del moment.

A, quin risolet a la fin :)


Laurent CAvalié

dissabte, 23 de gener de 2010

django reinhardt

Google m'apren que uèi es lo centenari de Django Reinhardt...

dels escaisses

Castor èra l'escais de Simone de Beauvoir que "beauvoir" sona coma "beaver" en anglés.
Beaver, akò's "vibre" en occitan. Ben a ieu m'agradariá pas que mon amorós me trobèsse coma escais un mot que sona tan pròche de "chivre".

dijous, 21 de gener de 2010

per 2010 (1)

Una de mas resolucions 2010: cosinar melhor.


Per aquò far, Amazòn me faguèt present d'un wòk.
Me faguèt present tanben de quauques libres de recèptas.

E per me subremotivar, m'inspiri del blògbd de Guillaume Long A boire et à manger




Agachatz aquò, vos fa pas bavejar a vosautres???

dimecres, 20 de gener de 2010

Vibre

Veni d'acabar lo primièr tòm de La Force des Choses de Simone de Beauvoir.
Me regalèri e vau atacar sul pic lo tòm 2.
Son una part dels racontes autobiografics de la filosòfa.
Lo raconte comença a la Liberacion.

Me regalèri del testimòni istoric, d'aver la temperatura d'una epòca e de se remembrar d'unas causas que doblidam... "Ce grand cadavre derrière nous, la guerre, achevait de se décomposer, l'air en était empuanti"
Me regalèri del borbolh intelectual...de la creacion dels Temps Modernes, dels escambis entre los uns e los autres, totes de noms que coneissèm, de las garolhas politicas, de la descripcion que fa d'Albert Camus, de son trabalh d'escritura.
Me regalèri de sa vida personala e intelectuala, dels racontes de sos viatges: Portugal, Africa del Nòrd, Itàlia, Estats Units... de la descripcion del viatge, de la descripcion del país, de sas impressions rapòrt a una França pòst-guèrra.
 "Sartre avait fait, comme moi, un atterrissage en Islande et nous nous étions promis de la voir. Nous y passâmes dix jours étonnés. Ce jeune volcan, peuplé seulement le Xème siècle, ne possédait ni préhistoire, ni même un fossile; les ruisseaux fumaient, le chauffage central utilisait des eaux souterraines: le plus difficile, dans les chambres d'hotel, c'était d'obtenir de l'eau froide; en pleins champs se dressaient des cabines qui étaient des "bains de vapeur". Presque pas d'arbres: on appelait forêt un maquis; mais des déserts de lave, des montagnes couleur d'oeuf pourri, crachant des vapeurs de soufre, trouées de "marmites du diable" où la boue bouillonnait; des scories, dessinant dans les lointains des villes fantastiques. Des champs de neige et des glaciers coiffaient ces volcans et leur blancheur s'avançait jusque dans la mer. Il n'y avait pas de chemin de fer et très peu de routes; non seulement on coudoyait dans les avions des paysans chargés de cages à poules, mais même la transhumance des moutons se faisait par air."

E me regalèri de las istòrias d'amor, de son istòria longa amb Sartre, una relacion qu'acepta las "amours contingentes" en teoria e que, en practica, pausa tot plen de questions...questions, anecdòtas e detalhs que venon ponctuar lo raconte.

"A son retour d'Amérique, Sartre me parla beaucoup de M. A présent, leur attachement était réciproque et ils envisageaient de passer chaque année trois ou quatre mois ensemble. Soit; les séparations ne m'effrayaient pas. Mais il évoquait avec tant de gaieté les semaines passées avec elle à New York que je m'inquiétai; je l'avais cru séduit surtout par le romanesque de cette aventure; je me demandais soudain s'il ne tenait pas à M. plus qu'à moi; je n'avais plus l'optimisme chevillé au coeur: tout pouvait m'arriver. Dans une union qui dure depuis plus de quinze ans, quelle part revient à l'habitude? Quelles concessions implique-t-elle? Je savais ma réponse: pas celle de Sartre. Je le comprenais mieux qu'autrefois et à cause de ça il m'était plus opaque; il y avait de grandes différences entre nous; moi elles ne me gênaient pas, au contraire, mais lui? D'après ses récits, M. partageait exactement ses réactions, ses émotions, ses impatiences, ses désirs. Quand ils se promenaient, elle avait envie de s'arrêter, de repartir, juste au même moment que lui. Peut-être cela marquait-il entre eux un accord en profondeur - aux sources mêmes de la vie, dans son jaillissement et son rythme- que Sartre n'avait pas avec moi et qui lui était plus précieux que notre entente. Je voulus en avoir le coeur net. Il arrive souvent quand une question dangereuse vous brûle les lèvres qu'on choisisse mal le moment de s'en délivrer: nous sortions de ma chambre pour aller déjeuner chez les Salacrou quand je demandai: "Franchement, à qui tenez-vous le plus: à M. ou à moi? - Je tiens énormément à M., me répondut Sartre, mais c'est avec vous que je suis." J'eus le souffle coupé. Je comprenais qu'il avait voulu dire: "je respecte notre pacte, ne me demandez rien de plus." Une telle réponse mettait tout l'avenir en question. J'eus beaucoup de peine à serrer des mains, à sourire, à manger; je voyais que Sartre m'observait avec inquiétude, je me raidissais, mais il me semblait que je n'arriverais jamais au bout de ce déjeuner. "


ben ieu, akò me faguèt de ben qu'una referéncia intelectuala e femenina coma Simòna de Beauvoir siaguèsse tan torturada e tan gelosa coma una femna... normala.


Anem, me'n vau plegar lo quart de las paginas del 2nd tòm. :)


E granmercegi l'autor de Tutu Panpan que me donèt enveja de legir lo libre e l'Amazòn que lo me crompèt.

dimarts, 19 de gener de 2010

La prima del Païsan





M'agrada aquela cançon, es del disc de Laurent Cavalié, Soli solet. (12€ en cò de Sirventès)

La musica es de Laurent CAvalié e las paraulas de Claudi Alranq:


La Prima del païsan
De matin, la garriga a sautat de la prima,
e pels botons de vinha m'a chavirat d'ulhons.
Ieu, soi un pauc timid, a fach nevar las flors
de la blanca albespina e del pesseguièr ros.
S'es passejada nusa entre mos dets curioses,
e sus ma boca rusca, a fach petar l'amor.
Es un bonur de simple, un paure bonur meu,
que lo mond de la vila voldriá que siaguèsse seu.

diumenge, 17 de gener de 2010

Pensada filosofica nocturna


Aguèsse un amant òrb, li demandariái de me legir los messatges en braille del tetonet, que los puntets càmbian de plaça a cada còp. Benlèu qu'aquò fariá de frasas en braille. E amb aquelas frasas, poiriam faire de poèmas o de romans. E d'aquò ne diriam  l'OULIPO, Obrador de Literatura Popala.



diumenge, 3 de gener de 2010

Bona annada :)

Las vacanças s'acaban, ai 39 de febre e los paumons que sortisson per la boca e lo nas.
Mas l'ora es pas a aquò!


Vos desiri a totes una bona annada plan granada :)


Que siaguessiatz uroses :)))


Lo potooooooooon als òmes. Las femnas, volètz de cafè?

Per çò qu'es de vòstra blogaira preferida, ben, pas res de nòu jol solelh. Mas qué se passava en 2009?
Per los qu'aquò interessa, los cagadors secs, son pas faches, mas ai pas doblidat.

E a l'an que ven, que se sèm pas mai, que siagam pas mens.





Mas nooooon, desconegi, tornarai abans.