dimarts, 10 de gener de 2012

Lectura ivernenca : Gausem la fraternitat


Osons la fraternité es un libre que te fa sentir intelligent, que te fa soscar d'un biais que n'as benlèu pas la costuma.
Es un libròt de 120 paginas, compausat de nòu partidas. Cada partida es una meditacion sus un tèxt biblic. Vos  rasseguri sul pic : non, non, soi pas tombada dins una crisi mistica per Nadal e l'esperit nadalenc m'es pas tombat sul suc nimai... Mas un pauc d'espiritualitat e de soscadissa, de quora en quora, aquò fa pas de mal.
Una meditacion sus un tèxt biblic, qu'es aquò? Pels manja-curats que son ja a cridar a l'eresia, se tracha pas de catequisme nimai de proselitisme. "meditacion" es un mot complicat per parlar d'una reflexion... filosofica (sabi pas s'es lo mot adequat) a partir d'un tèxt extrach de la Bíblia.
Cada partida comença per un extrach de la Bíblia d'una pagina, una pagina e mièja, aqueste episòdi de la Bíblia (pas dels mai coneguts) es seguit d'una reflexion, “meditacion”, sul sens d'aqueste tèxt, pas de metafòras o d'interpretacions bon mercat dins aquò, al bèl contrari. L'autora, Marie-Laure Durand, interròga lo tèxt per s'interrogar a ela e per que lo lector s'interrògue.
“L'interprétation, c'est quand au final d'interrogé, le texte devient celui qui m'interroge. (...) La Bible m'interroge pour m'éveiller à des possibilités d'existence encore insoupçonnées. Elle me cherche et me demande de répondre de ma vie, c'est à dire de faire face. Elle m'invite à être libre. (...) La Bible a quelque chose à dire aujourd'hui à la condition que les questions que le lecteur lui pose soient bien les siennes et non celles d'une académie, d'une institution ou de son voisin.” (Introduction).

Cada partida, que ne vaquí los títols per vos far una idèa “ Par delà tout frontière, osons la fraternité”, “vivre et dire sa foi”, “fragilités et espérance”, “deuil et propriété”, “Quand Dieu se souvient...”, “habiter, avec d'autres, autrement”, “pour voir s'il n'y avait pas d'homme”, “la possibilité d'une ouverture”, “alliance avec un troupeau” es una reflexion sus una situacion que comprenèm e que nos va interrogar sus nòstra vida. E es la qualitat granda d'aquel libròt: son accès aisit per totes. Pas besonh d'aver fach de catequisme ni de teologia per comprene. Pas de patés teologic o religiós, lo lexic emplegat es de bon comprene per totes, çò que facilita, dau còp, l'accès a la reflexion o al questionament.

Un parelh d'extraches que me toquèron e aital, vos faretz una idèa de çò que i podètz trobar dedins :
“Cependant pourquoi le peuple hébreu, avant même que les explorateurs ne soient entrés dans le pays, se met-il à douter? Parce que l'espérance fragilise et qu'elle fragilise encore plus au moment où elle va devenir réalité. Espérer, c'est oser penser que ce qui est attendu finira pas se produire. Et quand l'espérance que l'on porte en soi est au seuil de se réaliser, le doute s'accroît. Est-ce bien ce que l'on veut? Ne sera-t-on pas déçu? (...)”

“Alors que la mort efface le sociétal, que la perte d'un être cher réduit l'espace à un face-à-face illusoire puisque l'autre n'est plus, le travail de deuil est un retour au monde des hommes, un retour à la pluralité des vivants. Devenir propriétaire, c'est commencer à se resituer dans l'espace des hommes, c'est reprendre pied sur terre en acquérant une parcelle. Acheter à prix juste, c'est retrouver une place dans la vie sociale et les exigences éthiques. Penser aux conséquences d'un acte, c'est envisager l'avenir et donc se décider à reprendre la vie en considération.”

Per saber çò que i a abans e aprèp aqueles dos extraches e comprene melhor, avètz pas que de legir Osons la Fraternité de Marie-Laure Durand a las edicions Olivétan.

1 comentari:

k ha dit...

waw me donas enveja de lo legir aqueste libre, es verai que fa de ben de còps de soscar al sens de la vida.

sabiái pas que legissiás de libres aital.
òsca e mercé