diumenge, 19 de febrer de 2012

Lectura ivernenca : Tapas bulgaras per Germinal Poco

A la librariá, aviái pres lo libre e m'èri escacalassada en legissent aquò:
las doas antitèsis "grand reporter" / "faits divers" e TV3 / La Depêche... Doblidèri de lo pausar, lo libre. E colhona, pausèri lo libre a la caissa sens gausar dire puèi "non, non, lo vòli pas!". "rai, lo legirai" que me diguèri. De tot biais, m'agradan los policièrs, me permeton de cambiar d'aire. Doblidi totjorn de qué parlan, reteni pas jamai ni los títols ni los autors mas aquò me fa passar un bon moment e es çò que compta. 
Quand lo comencèri, Tapas bulgares pour Germinal Poco de René Grando, foguèri geinada per l'emplec de l'argòt en francés. Perqué? Benlèu perque es un registre que mestregi pas gaire. E, per ieu, l'argòt en francés parla parisenc. 
Ten, from lo capitol primièr per vos donar una idèa: 
Personne ne moufte dans la crèche, doivent se terrer sous leur plumard, pourquoi ils appellent pas les cognes tous en choeur? La cavalerie... le Samu... la Légion?(...) M'ame Oliveras, la bignole va encore me taper des raisos parce que j'ai dévalé l'escalier au galop en réveillant les locataires rescapés du massacre nocturne, les retraités des impôts du premier, pas des rigolos, la prof de musique célibataire du deuxième qui a de si belles guitares sous ses bas...
Entre la sintaxi de las frasas e aquel lexic, lo narrator, qu'es l'inspector Germinal Poco, dins mon cap, parlava ponchut. Quand legissi, los personatges an una votz ; o vos fa pas a vosautres aquò? Doncas, mon narrator aviá una votz parisenca. Rai.
Mas al fial de la lectura, descubrissi que lo protagonista es nascut a Perpinhan de parents espanhòls, qu'emplega de mots catalans : pòt pas brica parlar ponchut!! Aquel omenàs a un votz grèva amb l'accent d'aquí! Mas me costèt de li far cambiar de votz, benlèu per la sintaxi emplegada....
Enfin rai! 

Es un policièr que lo suspense vos farà pas velhar tota la nuèch per l'acabar  mas se legís amb plaser : los retraches de personatges son chucoses, los dialògs tanben. I a quauques passatges que m'agradèron : 
"Ce petit pays en forme de vieille godasse sur la carte de France fut lontemps le trou du cul de l'Europe avant d'en devenir le bronze-cul" e tot lo paragrafàs que seguís, pagina 13, es de legir! "ils bouffent des yaourts mais ils veulent plus de ruminants, ou alors ailleurs, chez les pauvres, en Pologne ou en Roumanie". "Boulé, d'ailleurs, il est pas d'ici, les rouquins ça court pas les vignes en Roussillon, sauf quelques lointains rejetons des Kabyles, du temps des invasions sarrasines voire de l'occupation teutone... Faute de mieux, Boulé, il fréquente le microcosme petit bourgeois de la ville, mais il a pas l'accent rocailleux, pas le tour de main pour boire le muscat à la bota, il aime pas bouffer des saucisses grillées sur des sarments, encore moins les escargots, même jeûnés au fenouil, il supporte pas l'aïoli, ça lui colle des gaz, ça lui boursoufle les intestins qu'il m'a expliqué un jour en lâchant discrétos une youffe odorante."

Fin finala, regrèti pas de l'aver crompat! 

Es editat en cò de Mare Nostrum, un ostal d'edicion de Perpinyà que coneissiái pas e lo podètz crompar en linha aquí.