dijous, 6 de gener de 2011

uèi, es Istòria.

Fin de novembre se joguèt a Seta una peça de teatre que manquèri. La voliái veire perque parlava de quicòm que coneissiái pas gaire: la jornada dau 17 d'agost de 1893 a Aigas Mòrtas. Aquel jorn d'aquí,  obrièrs per la Companhia de la Sau, de franceses tuèron d'italians; al procès, foguèron totes inocentats. 


Alara, crompèri lo libre d'un istorian sus aquela istòria. E faguèri plan:) Me regalèri tot de long: de la presentacion dels protagonistas de l'istòria: los d'Aigas-Mòrtas, los trimards sasonièrs franceses e los trabalhadors sasonièrs piemonteses, de l'explicacion del debanament dels faches, de l'analisi sus la construccion de l'identitat francesa, de çò que demòra dins la memòria colectiva, de las explicas sus las repercussions internacionalas.

Es clar, complet e plan escrich, e en mai d'aquò i a d'imatges:)

Ten, per vos far lengueta vos meti l'introduccion sens las nòtas (en mai d'aquò es corteta):

"Pogrom: émeute sanglante, dirigée contre une minorité ethnique ou religieuse."
Si l'on accepte cette définition large (mais nous verrons que les mots utilisés pour qualifier ce genre de crimes sont toujours problématiques), on peut dire que le 17 août 1893 a eu lieu, à Aigues-Mortes, le plus grand "pogrom" de toute l'histoire contemporaine de la France, même si le nombre d'ouvriers italiens morts ce jour-là n'a jamais été établi avec certitude. C'est aussi l'un des plus grands scandales de notre histoire judiciaire, puisque le jury d'assises a acquitté tous les assassins, en dépit des preuves accablantes réunies contre eux.
Ce massacre et ce déni de justice ont placé la France au ban des nations civilisées, le New York Times  dénonçant "the barbarous French nativism and chauvinism". Les violentes manifestations antifrançaises qui éclatent en Italie, à un époque où ce pays est l'allié de l'Allemagne, alimentent des deux côtés des Alpes la conviction que la guerre est proche. Le conflit armé sera finalement évité car les deux gouvernements vont s'employer à "enterrer l'affaire", ce qui explique qu'elle ait été longtemps occultée dans la mémoire collective française.
Au cours de la période récente, plusieurs études ont présenté les grandes lignes de ce "pogrom", ce qui m'a permis de passer assez vite sur la description des faits eux-mêmes afin de me concentrer sur les "raisons d'agir" des assassins, la construction de l'"affaire" d'Aigues-Mortes et ses enjeux mémoriels.
Cette recherche m'a donné l'occasion de mettre en oeuvre la démarche sociohistorique que je défends pour éclairer un événement à la fois social, politique et diplomatique. Je me suis appuyé pour cela sur des sources qui n'avaient jamais été exploitées jusqu'ici, notamment le dossier d'instruction du procès, consultable aux archives départementales de la Charente à Angoulême. 

Gérard Noiriel, Le Massacre des Italiens, Aigues-Mortes, 17 août 1893, Fayard, 2010

2 comentaris:

André ha dit...

Interessant per los que parlan de l'itnegracion dels Italians…

Ai en mans un libre de Enzo Barnabà (revirat de l'italian per Claude Galli en collaboracion amb l'autor) e una abans propaus d'Émile Témime.

LE SANG DES MARAIS, Aigues Mortes 17 aoît 1893, une tragédie de l'immigration italienne [essai]1993
editions Via Valeriano.
Mas l'aguèt per la familha e sabi pas se pòt encara trobar.

Maime ha dit...

Rrhhhaaa, ai envia de 'chaptar queu libre aura !!!